Les souks marocains

Je reviens après plusieurs jours sans articles sur le blog. Comme vous le savez, j’étais au Maroc pendant 10 jours et ça a été compliqué pour moi de rédiger un article correct puisque je n’étais pas dans un hôtel en permanence. Avec Nadir, nous nous déplacions énormément et maintenant que nous sommes de retour en France, je prends le temps de vous parler d’un lieu que j’adore au Maroc : le souk.

Beaucoup de personnes (comme Nadir par exemple haha) n’apprécient pas les souks pour de nombreuses raisons : la négociation des prix, la barrière de la langue, l’impulsivité des marocains,… Je l’avoue j’apprécie les souks pour ce qu’ils m’offrent, mais en ce qui concerne les points négatifs évoqués ci-dessus je les laisse souvent à Nadir.

Bref. J’avais une envie de vous parler des petits trésors que l’on ne trouve pas ailleurs que dans les souks marocains et aussi de ces fameux points négatifs auxquels vous devrez faire face si vous décidez de voyager au Maroc.

Shopping dans les souks marocains

1.     La négociation ou la prise de tête assurée

Je commence avec le point noir du souk pour terminer sur une bonne note dans cet article ! Je parle bien évidemment de la négociation des prix. Quand vous vous rendez dans le célèbre souk de la place Jemaa El-Fna, une chose va rapidement attirer votre attention : il n’y a aucun prix qui est affiché. Il n’y a pas eu d’oubli de la part des commerçants et vendeurs, c’est simplement qu’il va falloir négocier.

Vous avez repéré un joli cendrier marocain pour votre terrasse mais il n’y a aucun prix d’affiché ? C’est normal il va vous falloir négocier. C’est à ce moment précis qu’il faut respecter certaines règles. Allez voir le commerçant et demandez lui le prix du cendrier. Il va vous répondre par exemple : 60 dirhams. La plupart des gens vont répondre :

Très bien je le prends merci

Grosse erreur à ne jamais faire. Dans les souks, si aucun prix n’est affiché c’est pour profiter du tourisme. Les locaux savent que vous avez de l’argent puisque vous êtes en vacances. Quand on vous donne un prix il faut le diviser par trois pour retomber sur deux.

Pour le cendrier pour lequel j’ai craqué, il faut dire que vous n’êtes pas d’accord pour 600 dirhams mais que vous êtes d’accord pour 200 dirhams alors qu’en fait vous pensez à 300 dirhams. A ce moment là, le commerçant n’aura pas d’autre choix que d’augmenter un peu la mise et de vous dire

Bon 300 dirhams c’est mon dernier mot.

Vous aurez gagné la négociation en économisant 300 dirhams.

2.     Mille et un trésor pour vos yeux et vos papilles

S’il y a une chose sur laquelle je souhaite réellement insister dans cet article, c’est sur la beauté et la richesse des souks. C’est une chose à faire absolument si vous allez au Maroc. Dans le souk, vous êtes sûrs de trouver tout ce dont vous avez besoin : épices, bijoux, souvenirs, déco, tapis, vêtements, jouets, pâtisseries, huiles, fleurs, herbes, médicaments naturels,… Un vrai petit coin de paradis sur Terre pour les yeux et les papilles. C’est impossible que vous alliez dans un souk sans acheter quelque chose. Même si vous n’avez besoin de rien, vous vous direz

Mais, cette crème serait parfaite pour les douleurs de mon frère !

Cette bague ferait tant plaisir à ma mère

Ce tapis irait tellement bien dans mon salon !

En plus de cette phase de craquage que vous connaîtrez, vous vous laisserez facilement tenter par les prix bas ! Rien n’est cher. Dites-vous qu’à Marrakech j’ai acheté deux portes clés avec la main de Fatma. Chacun coûtait 5 dirhams soit 50 centimes d’euros haha.

3.     Des prix bas pour tous !

Comme je viens de vous mentionner, les prix bas sont un avantage incontournable des souks marocains ! Oui la négociation n’est pas facile mais ce qui est sûr, c’est que tout ce que vous achèterez ne sera jamais aussi cher que dans un autre pays étranger. A Marrakech, j’ai pu acheter deux cendriers typiques marocains pour 20 dirhams soit 2 euros. Ce n’est vraiment pas grand chose quand on pense à combien ces cendriers auraient pu me revenir en France, au Royaume Uni ou même en Grèce. Ce qui explique ces prix bas au Maroc vient du fait que les marocains ne gagnent pas autant que dans les pays Occidentaux. Un marocain gagne en moyenne entre 1000 et 1500 dirhams, ce qui équivaut à une moyenne de 105/155 euros par mois. Ce n’est rien pour nous, mais c’est beaucoup pour ces personnes.

Visiter les souks au Maroc

Avez-vous déjà eu l’occasion d’aller dans un souk ? Si oui, pour quel trésor avez-vous craqué ?
#Love

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *